Projets & informations

Ateliers modernes pour les trains S-Bahn de l’avenir

380 collaboratrices et collaborateurs répartis dans quatre ateliers mobilisent leurs efforts jour et nuit pour que les passagers de BLS voyagent dans des trains propres et bien entretenus. La maintenance est indispensable au bon fonctionnement des chemins de fer. Pour garantir leur fiabilité, BLS doit adapter ses ateliers à l’offre élargie en continu et aux trains plus longs.

Le S-Bahn Bern doit lui aussi rester fiable et efficace à long terme. À cet effet, BLS doit moderniser ses installations de maintenance. À partir de 2025, les trains BLS devraient être entretenus et réparés sur les sites modernisés de Spiez et Bönigen et sur une nouvelle installation à l’ouest de Berne.

Pourquoi BLS a-t-elle besoin d’ateliers modernes?

La maintenance des locomotives et des trains est l’épine dorsale de toute société ferroviaire. Pour être fiables, propres et sûrs, les trains doivent bénéficier d’un entretien régulier et efficace. Les passagers de BLS doivent se sentir à l’aise et arriver à l’heure.

Il doit toujours en être ainsi, aujourd’hui comme demain. L’agrandissement et la modernisation des ateliers actuels s’imposent à plusieurs égards:

  • De plus en plus de gens voyagent avec BLS. Aujourd’hui, nous enregistrons 150'000 passagers chaque jour, un chiffre qui devrait passer à env. 260'000 en 2030.
  • Les trains plus récents et modernes nécessitent des halles et des voies nettement plus longues.
  • Les anciens ateliers ont fait leur temps. L’atelier d’Oberburg devra probablement fermer en 2025 en raison de son âge.
  • Compte tenu des travaux de rénovation de la gare de Berne, BLS devra probablement abandonner en 2020 les installations d’Aebimatt, situées à l’ouest de la gare.

BLS assure actuellement la maintenance de 132 trains et de 84 locomotives, qui font tous étape dans l’un des ateliers une fois par semaine.

0 Fichiers de médias

    Trois ateliers BLS à partir de 2025

    Pour continuer à garantir l’efficacité et le bon fonctionnement du S-Bahn Bern, BLS a l’intention d’assurer à long terme la maintenance de sa flotte sur trois sites.

    Ateliers de Spiez

    Les installations de Spiez seront totalement rénovées dans les prochaines années afin d’assurer les travaux de maintenance légère du réseau de lignes est de BLS pour les générations à venir.

    Ateliers de Bönigen

    Les ateliers de Bönigen seront assainis et rénovés dans une phase de transition afin d’assurer les travaux de maintenance lourde dans le cadre des réparations d’envergure. À long terme, ils deviendront le centre de compétences responsable de tous les travaux de maintenance lourde.

    Projet de construction de nouveaux ateliers à Chliforst Nord

    À l’automne 2016, le conseil d’administration de BLS SA a décidé de suivre la recommandation du groupe d’accompagnement «Ateliers BLS» et, en complément des ateliers de Spiez et de Bönigen, de lancer un projet de construction dans la zone de Chliforst Nord, à l’ouest de Berne. En collaboration étroite avec la ville de Berne, le canton de Berne et la population concernée, le site devrait voir apparaître d’ici 2025 le centre de compétences le plus moderne de Suisse pour les travaux de maintenance légère des trains.

    Capacités supplémentaires à Givisiez

    Pour assurer la transition entre l’abandon des ateliers de Berne Aebimatt (2020) et la mise en exploitation des nouvelles installations prévues (2025), BLS a signé une convention avec les Transports publics fribourgeois (tpf). En vertu de cet accord, BLS pourra louer temporairement des voies des ateliers de Givisiez et ce faisant, veiller à la bonne maintenance des véhicules jusqu’à 2025.

    Le projet de construction

    Deux projets de modernisation et un nouveau bâtiment

    Le nouveau bâtiment de la zone de Chliforst Nord, à l’ouest de la ville de Berne, ainsi que les travaux de rénovation et d’agrandissement de Spiez et de Bönigen offrent plusieurs avantages:

    • Les trains auront de plus en plus de difficultés à accéder aux ateliers depuis les lignes de chemin de fer très fréquentées autour de Berne. Une installation à proximité du nœud central de Berne allège le trafic sur les tronçons d’accès, dans l’intérêt des passagers.
    • L’exploitation gagne en stabilité et en flexibilité (p. ex.: les trains en panne peuvent être remplacés plus rapidement).
    • Les voyages à vide vers les ateliers sont moins nombreux et plus courts, ce qui diminue les nuisances sonores subies par les riverains et réduit la consommation d’énergie.
    • La concentration sur trois sites au lieu de quatre précédemment flexibilise les affectations des ressources humaines.
    • La meilleure utilisation de l’infrastructure des ateliers permet de diminuer les frais d’exploitation, ce qui bénéficie également aux passagers et aux contribuables.

    Construction de nouveaux ateliers à Chliforst Nord

    Après une étude détaillée des 42 variantes possibles, le groupe d’accompagnement «Ateliers BLS», qui bénéficie d’une large assise, a recommandé la zone de Chliforst Nord, à l’ouest de Berne, estimant que ce site convenait le mieux à un nouveau bâtiment. Le conseil d’administration de BLS a décidé de suivre cette recommandation.

    Le groupe de dialogue accompagne le processus de planification

    BLS a conscience que le projet de Chliforst Nord aura des répercussions sur les riverains concernés et sur le paysage. C’est la raison pour laquelle elle a souhaité impliquer les riverains, les propriétaires fonciers et les groupes d’intérêts concernés dans le cadre de la procédure classique de participation. BLS a constitué à ce titre un groupe de dialogue spécial qui doit jouer un rôle actif dans le processus de planification. Il a pour but de donner une voix aux personnes concernées localement et aux parties prenantes et de trouver les meilleures solutions possibles pour la population et l’environnement.

    FAQ: Projet de construction et son emplacement

    Finalement, pourquoi BLS a-t-elle besoin de nouveaux ateliers?

    L’offre ferroviaire est sans cesse étendue. De plus en plus de trains circulent, et ils sont de plus en plus longs. Les nouveaux ateliers sont nécessaires afin de garantir à l’avenir aussi le bon fonctionnement du S-Bahn Bern. BLS exploite aujourd’hui quatre ateliers: Spiez, Berne Aebimatt (à la gare de Berne), Bönigen et Oberburg. Les ateliers de Berne Aebimatt, où BLS a loué des locaux, ne seront plus disponibles à partir de 2020. Les autres ateliers de Spiez, Bönigen et Oberburg ont fait leur temps et doivent être rénovés. Les halles sont trop courtes pour les trains longs. BLS souhaite et doit continuer à assurer une maintenance de qualité afin d’offrir à ses passagers des trains sûrs, ponctuels et propres. C’est la raison pour laquelle un nouveau site est nécessaire.

    En jetant son dévolu sur Chliforst Nord, BLS a-t-elle opté pour le site où il y avait le moins d’opposition?

    La décision n’a pas été facile. BLS est consciente qu’il y aura aussi des répercussions sur la population et le paysage à Chliforst Nord et prendra tout particulièrement compte de cette situation dans son dialogue avec les parties concernées. Le groupe d’accompagnement indépendant «Ateliers BLS» a préalablement étudié minutieusement pas moins de 42 zones différentes. Il a pris la décision de recommander le site de Chliforst Nord après mûre réflexion, en soupesant les avantages et inconvénients de chacune de ces options. Le conseil communal de la ville de Berne a également proposé d’apporter sa contribution à de nouvelles clarifications sur place.

    Combien de propriétaires fonciers sont concernés par la construction des nouveaux ateliers à Chliforst Nord?

    Outre la commune bourgeoise et la ville de Berne, près de dix propriétaires fonciers sont touchés à Chliforst Nord. BLS est en contact étroit avec eux. Contrairement à d’autres sites déjà passés au crible, aucun bâtiment se serait touché ici pour laisser place aux nouveaux ateliers. Malheureusement, les projets de construction affectent toujours quelqu’un. BLS est consciente de ce conflit d’objectifs; elle se sent d’un côté obligée à l’égard des parties directement concernées, et de l’autre côté responsable vis-à-vis de la communauté. En fin de compte, la construction des nouveaux ateliers renforce les transports publics pour l’ensemble de la population et se révèle positive pour l’économie et l’environnement, sans oublier les emplois assurés dans la région de Berne.

    BLS a-t-elle trop peu impliqué les habitants de Chliforst Nord?

    Alors qu’elle recherchait un nouveau site pour ses ateliers, BLS a beaucoup appris. Le groupe d’accompagnement «Ateliers BLS» est un organe neutre et représentatif des différents intérêts en jeu, qui a élaboré une recommandation bien étayée. Les représentants locaux y sont également présents. Mais il ne fait aucun doute que pour les personnes directement concernées, la décision est accablante et difficile à comprendre. Dans les prochaines étapes du processus de planification, BLS entend parvenir à des solutions aussi consensuelles et respectueuses de l’environnement que possible avec les propriétaires fonciers, les riverains et les groupes d’intérêts. Dans cette optique, elle a constitué un groupe de dialogue dirigé par le CEO Bernard Guillelmon. Parallèlement, BLS reste en permanence en contact étroit avec les personnes directement impliquées.

    Chliforst Nord est-il désigné comme le nouveau site? Ou y a-t-il encore des alternatives?

    Après examen attentif de la situation, le conseil d’administration de BLS a décidé de suivre la recommandation du groupe d’accompagnement: moderniser les ateliers de Spiez et de Bönigen et construire de nouveaux ateliers à Chliforst Nord. En étroite collaboration avec le canton et la ville de Berne, BLS s’apprête désormais à demander l’examen du site de Chliforst Nord au niveau fédéral. BLS veille tout particulièrement à ce que les préoccupations des personnes concernées et des associations environnementales soient prises en compte autant que possible.

    Que fait BLS pour limiter au maximum les répercussions sur la population et sur l’environnement de la zone de Chliforst Nord?

    Cette question a la priorité absolue dans le cadre de la planification du projet de construction. Au-delà des règles strictes en vigueur, BLS souhaite prendre en considération les riverains et l’environnement. Elle souhaite trouver des solutions aussi satisfaisantes que possible en concertation avec les personnes concernées, les organisations environnementales et les groupes d’intérêts. C’est là qu’intervient le groupe de dialogue Chliforst Nord, où l’ensemble des parties concernées sont invitées à se faire entendre.

    Pourquoi BLS ne construit-elle pas ses nouveaux ateliers à Flamatt? Les autorités locales soutiendraient pourtant un tel projet.

    Le groupe d’accompagnement «Ateliers BLS» a étudié 42 sites, y compris Flamatt, d’après une liste globale de critères. Le site de Flamatt s’est avéré inapproprié, car le terrain est trop petit et qu’une nouvelle construction empiéterait sur des bâtiments existants. Il serait également difficile de conduire les trains dans les ateliers dans la mesure ou le tronçon Bern–Fribourg est déjà très chargé. Enfin, il serait nécessaire de construire au-dessus de l’autoroute; un tel chantier aurait donc un coût disproportionné.

    Les associations environnementales privilégiaient le site de Niederbottigen, car il est plus proche de Berne, et se situe déjà en zone urbanisée. Pourquoi BLS n’a-t-elle pas opté pour celui-ci?

    L’argument des associations environnementales est tout à fait compréhensible. Dans l’idéal, BLS aurait construit ses ateliers sur une friche industrielle. Malheureusement, il n’y a pas de zone de ce type proche de Berne. BLS ne souhaite et ne peut pas construire ses nouveaux ateliers sans l’appui de la commune. Le conseil communal de Berne voit en Chliforst Nord une solution qu’il appuiera en tenant compte des recommandations du groupe d’accompagnement. En revanche, le site de Niederbottigen n’est pas envisageable, car le développement urbain serait stoppé et qu’un plus grand nombre d’habitantes et d’habitants serait affecté.

    Quand le chantier débutera-t-il?

    BLS en est encore au début de la planification. La construction des nouveaux ateliers devrait débuter en 2023, et la mise en exploitation en 2025.

    Pourquoi BLS n’agrandit-elle pas tout simplement ses ateliers actuels? Cela permettrait-il d’abandonner le projet de construction à l’ouest de Berne?

    Malheureusement, les trois ateliers BLS restants ne peuvent pas être agrandis indéfiniment. Les ateliers de Spiez seront certes rénovés mais on ne peut les agrandir car ils occupent un terrain étroit entre la route et les rails. Les ateliers de Bönigen seront agrandis. À partir de 2025, on y concentrera les travaux de maintenance lourde comme les révisions, les réparations importantes ou les transformations. Les ateliers d’Oberburg sont trop étroits et trop anciens, mais ils resteront un pilier de notre maintenance jusqu’à la construction des nouveaux ateliers. Comme les ateliers de Berne Aebimatt seront abandonnés en 2020, BLS est contrainte de rechercher un nouveau site.  

    Pourquoi les ateliers doivent-ils être si proches de la gare de Berne?

    BLS assure actuellement la maintenance de 132 trains de voyageurs et de 84 locomotives. Tous ces trains et toutes ces locomotives doivent être nettoyés et entretenus au moins une fois par semaine dans l’un des ateliers, où l’on effectue aussi des petits travaux de réparation. Plus les voies d’accès sont courtes et plus les processus sont efficaces, les coûts bas et les répercussions sur l’homme et l’environnement faibles. Pour réduire ces voies au maximum, les nouveaux ateliers doivent être au plus proche de la gare de Berne et donc du centre du S-Bahn Bern.

    Ne peut-on pas construire des ateliers sous-terrains ou dans la montagne?

    En théorie, on pourrait tout à fait l’envisager. Malheureusement, la construction d’un site sous-terrain n’est pas réalisable pour des raisons de coûts. BLS s’efforcera toutefois d’intégrer au mieux les nouveaux bâtiments dans le site actuel afin de limiter au maximum les nuisances sonores et les émissions lumineuses. En outre, BLS vérifie s’il est possible de déplacer les installations de tir à l’ouest de Berne sous les ateliers actuels, comme le groupe d’accompagnement le recommande. Cela permettrait d’atténuer le bruit des tirs pour les habitantes et les habitants.

    BLS ne peut-elle pas construire ses nouveaux ateliers avec les CFF ou le RBS?

    BLS a des entretiens réguliers avec les CFF dans le but d’exploiter les synergies. Il serait par exemple judicieux de placer des surfaces de garage à la disposition des trains des CFF dans la zone des ateliers. La collaboration est plus délicate avec le RBS, qui circule sur des lignes à voies métriques, tandis que BLS emploie des voies normales.

    FAQ: La pertinence par rapport au plan sectoriel

    Fin avril 2017, l’OFT a confirmé la pertinence du site de Chliforst Nord. Qu’est-ce que cela signifie?

    La décision de l’OFT signifie que la Confédération prendra dès à présent les rênes de la procédure. D’ici à une disposition éventuelle dans le Plan sectoriel des transports, partie Infrastructure rail, fin 2018, les instances fédérales concernées seront consultées durant la procédure, et les cantons et communes entendus. Le public bénéficie d’un droit de participation. La procédure se prolongera jusqu’à fin 2018 environ. BLS poursuivra la planification interne.

    L’examen effectué par l’OFT a conclu à la pertinence du site de Chliforst Nord. Quelles sont les implications concrètes pour la suite de la planification de BLS?

    Parallèlement à la procédure du plan sectoriel ou du plan directeur, BLS poursuivra l’étude sur le site de Chliforst Nord afin d’accroître le niveau de détail de la planification, une nécessité, entre autres, dans le cadre de la procédure du plan sectoriel. Le dossier de la demande d’approbation des plans devrait être présenté à l’OFT au cours de l’année 2019.

    D’autres sites seront-ils intégrés par la Confédération dans le processus?

    BLS a demandé que le site de «Chliforst Nord» soit intégré dans le plan sectoriel. D’après les clarifications menées par le groupe d’accompagnement «Ateliers BLS», le choix de ce site aura un impact beaucoup moins lourd sur l’aménagement du territoire et sur l’environnement en comparaison avec d’autres sites étudiés. Il reste à voir si la Confédération se penchera sur d’autres sites dans le cadre du processus.

    La décision signifie-t-elle que l’établissement du site à Chliforst Nord est définitif?

    La décision de l’OFT concernant la réalisation d’une procédure du plan sectoriel ne signifie pas encore que l’établissement du site «Chliforst Nord» est définitif. La Confédération contrôlera les travaux préliminaires de BLS et du «groupe d’accompagnement Ateliers BLS» dans le cadre de cette procédure du plan sectoriel.

    Le public bénéficie d’un droit de participation dans le cadre de la procédure du plan sectoriel. Qu’est-ce que cela signifie?

    Dans le cadre de la consultation menée par l’OFT, le canton a la possibilité d’impliquer le public. Ce qui signifie que concrètement, c’est alors le canton, et non l’OFT, qui se charge de l’implication des communes et du public. En revanche, la procédure du plan sectoriel ne prévoit pas de droit d’opposition. Ce droit n’est accordé aux personnes concernées que dans le cadre de la procédure d’approbation des plans.

    Parallèlement au plan sectoriel, le plan directeur cantonal est-il modifié?

    Le canton et l’instance fédérale compétente (OFT) coordonnent ensemble la procédure liée à l’adaptation correspondante du plan directeur et à l’établissement du plan sectoriel.

    Qu’entend-on par suivi du plan directeur? Faut-il comprendre que les ateliers seront pris en compte dans le plan directeur actuel?

    L’approbation des plans («permis de construire») par l’OFT est en effet subordonnée à une entrée dans le plan sectoriel.  Le canton et l’instance fédérale compétente (OFT) coordonnent ensemble la procédure liée à l’adaptation correspondante du plan directeur et à l’établissement du plan sectoriel.

    Quelle importance les indications des communes ou des groupes d’intérêts revêtent-elles dans la procédure du plan sectoriel?

    La pesée des intérêts tient compte de toutes les prises de position. En définitive, la décision relative au plan sectoriel ne revêt un caractère contraignant que pour les autorités. Les particuliers peuvent faire valoir leurs droits dans la procédure d’approbation des plans.

    Les communes ou les particuliers peuvent-ils contester la décision de la Confédération concernant le plan sectoriel?

    Dans le cadre de la procédure selon la loi sur l’aménagement du territoire, le Conseil fédéral statue en dernier ressort et donc définitivement sur l’inscription dans le plan sectoriel. Les parties concernées ont le droit d’être entendues dans la procédure d’approbation des plans et peuvent à ce titre contester la décision de l’Office fédéral des transports devant le Tribunal administratif fédéral et le cas échéant, devant le Tribunal fédéral (en dernière instance).

    Où en est actuellement le groupe de dialogue Chliforst Nord?

    Le groupe de dialogue Chliforst Nord s’est réuni à quatre reprises depuis décembre 2016 pour mener un échange actif d’informations. Lors de réunions d’information qui ont eu lieu au printemps 2017, tous les membres ont été renseignés sur les chemins de fer, sur la maintenance, sur le travail du groupe d’accompagnement et sur la décision du CA concernant la stratégie de concentration sur trois sites et Chliforst Nord. La première réunion ordinaire a eu lieu le 2 mai 2017: les participants ont mené une réflexion et un forum de discussion afin d’étudier une variante de projet pour les ateliers de Chliforst Nord. Dans les prochaines étapes de la planification, le groupe de dialogue soumettra des idées sur les questions liées à la conception et à l’aménagement du territoire. BLS réceptionnera et étudiera ces demandes. Dans ce processus, l’objectif est de parvenir ensemble à une solution aussi acceptable que possible pour la population, la nature et l’environnement, et ce dans un dialogue ouvert et constructif.

    Quelle est la composition du groupe de dialogue?

    Aujourd’hui (fin avril 2017), le groupe de dialogue Chliforst Nord représente les groupes d’intérêts et les parties directement concernées ci-après: les propriétaires fonciers et riverains directement concernés, la ville de Berne et la commune bourgeoise de Berne, la Conférence régionale Berne-Mittelland, les représentants des transports publics, les représentants de l’économie et du commerce, les représentants de l’agriculture et de la protection du paysage, l’association Pro Gäbelbachtal, les commissions de quartier et l’IG Riedbach. Le groupe de dialogue est dirigé par le CEO de BLS SA, Bernard Guillelmon.

    Recommandation du groupe d’accompagnement

    Recommandation de site par le groupe d’accompagnement «Ateliers BLS» à l’intention du conseil d’administration de BLS

    Le groupe d’accompagnement «Ateliers BLS» est composé de plus de 40 personnes, qui représentent les différents intérêts des parties concernées, des riverains, des responsables politiques, de l’économie, de la protection de l’environnement et de la nature, de l’agriculture, de l’aménagement et des transports publics. Cet organe institué en 2015 a offert une perspective extérieure à de multiples niveaux et permis de poser un œil critique sur une stratégie et une évaluation de site qui suscitaient des interrogations. Conformément à ses statuts du 12.10.2015, le groupe d’accompagnement doit parvenir à une solution de site acceptable pour la société et pour BLS. Dans son travail, le groupe d’accompagnement a accordé une grande importance à la limitation des pertes de culture et s’est attaché à rechercher une solution à la fois défendable sur le plan économique et dont l’impact sera aussi neutre que possible sur les parties concernées et sur les riverains. Le groupe d’accompagnement est conscient que, vu la dimension du projet, aucune variante ne peut être qualifiée de «bonne» et que toutes les solutions auront un impact sur les personnes, sur le territoire et sur l’environnement. Le groupe d’accompagnement «Ateliers BLS» a formulé cette recommandation afin d’en atténuer au maximum les répercussions dans une approche globale.

    Le groupe d’accompagnement:

    • a étudié sous un angle critique les exigences du site destiné à accueillir les ateliers;
    • a complété le périmètre de recherche et évalué des sites supplémentaires;
    • a examiné une nouvelle fois toutes les zones industrielles;
    • a étudié les sites possibles en procédant à des évaluations sommaires et détaillées;
    • a rejeté le site industriel d’ESP Thun-Nord car il ne dispose pas de la surface nécessaire côté sud et que la surface côté nord n’est pas suffisante sur le plan géométrique.
    • a sélectionné à la majorité des voix un site parmi les sites restants (des terres cultivées uniquement).

    Le groupe d’accompagnement recommande au conseil d’administration de BLS de continuer à étudier:

    1. L’abandon d’une stratégie de concentration sur deux sites au profit d’une stratégie sur trois sites avec l’agrandissement du site de Spiez, l’extension du site BLS actuel de Bönigen pour les travaux de maintenance lourde et la construction de nouveaux ateliers pour la maintenance légère au site de Chliforst Nord, à l’ouest de la ville de Berne.
    2. L’exploitation des synergies (dans la surface définie) entre les nouveaux ateliers de Chliforst Nord et une partie des surfaces de garage dont les CFF peuvent justifier les besoins dans la région de Berne pour les trains longues distances.
    3. Le déplacement des installations de tir de Riedbach situées Mannenriedstrasse, au sous-sol du site de Chliforst Nord, et le démantèlement parallèle de la butte de tir en partenariat avec la ville de Berne. Le terrain des installations de tir doit être revalorisé, et le reboisement tout particulièrement étudié dans la zone de la butte de tir. Les places de stationnement des nouveaux ateliers et des installations de tir doivent être regroupées.
    4. L’accessibilité des nouveaux ateliers depuis l’échangeur de Mühleberg à travers la forêt de «Spilwald» pour les transports liés au chantier et les transports de marchandises. Groupe d’accompagnement «Ateliers BLS» 2
    5. Une solution consensuelle avec les propriétaires concernés. Dans le cadre de la compensation des exploitants détenant des surfaces agricoles concernées, il convient d’appliquer les principes de compensation applicables ou, en cas d’échec malgré des efforts intensifs autour de l’objet en remploi, BLS doit les racheter au-delà de leur prix.
    6. La compensation des terres avec une contrepartie de même qualité et des possibilités d’exploitation équivalentes.
    7. La limitation au maximum des effets négatifs pour les riverains (p. ex.: nuisances sonores, émissions lumineuses, perte de valeur des biens immobiliers, fermeture à répétition des postes d’aiguilles) par des mesures adaptées aussi bien pendant la construction des installations que durant leur exploitation.
    8. Le reboisement et la compensation écologique de la surface défrichée par les communes et la zone de Berne ouest. Ce faisant, l’offre solidaire d’autres communes doit également être prise en considération. Il convient également de prendre en considération l’adéquation des surfaces de reboisement proposées par la commune d’Allmendingen et la surface proposée par la commune de Konolfingen aux fins de la compensation écologique «Chonolfingemoos».
    9. Le dialogue et une collaboration constructive et en temps opportun avec la population de l’ouest de Berne, avec les responsables politiques et les autorités de la ville, avec la commune bourgeoise de Berne ainsi que les communes de Frauenkappelen et Mühleberg.
    10. La clarification des questions de procédure en temps voulu (plan sectoriel et plan directeur) avec la Confédération, le canton et la Conférence régionale Berne-Mittelland.

    Le groupe d’accompagnement «Ateliers BLS» juge pertinente une stratégie basée sur trois sites. Le maintien de la maintenance lourde à Bönigen sauvegarde des emplois dans l’Oberland bernois et permet de continuer à utiliser une zone industrielle existante. La commune d’implantation du site et les propriétaires fonciers saluent le maintien et l’agrandissement des ateliers sur place.

    La solution proposée préserve une certaine symétrie des sacrifices. Le maintien du site de Bönigen permet de réduire les surfaces nécessaires aux nouveaux ateliers. Puisque le quart des installations de Chliforst Nord empièterait sur la forêt, il est possible de réduire encore le besoin en surfaces d’assolement. Il existe toutefois certains risques de défrichement.

    Le site de Chliforst Nord comporte objectivement moins d’inconvénients que les autres sites étudiés:

    • Minimisation de la perte de terres et préservation des cultures.
    • Espace suffisant pour les besoins liés à l’exploitation ferroviaires et pour les synergies possibles avec les CFF (voies de garage).
    • Proportionnellement, moins de propriétaires fonciers et riverains concernés.
    • Rentabilité ferroviaire plus avantageuse en comparaison avec Riedbach.
    • Faible visibilité et moins de nuisances sonores en général et pour les riverains.
    • Aucune démolition n’est nécessaire.
    • Revalorisation potentielle de la zone de Chliforst Sud grâce au déplacement des installations de tir.
    0 Fichiers de médias

      Communiqués de presse

      Contact «Ateliers BLS»

      Avez-vous des questions?

      Évaluation de sites
      Groupe d’accompagnement «Ateliers BLS»

      Dans le cadre de la recherche d’un site pour la construction des nouveaux ateliers BLS, BLS a constitué un groupe de suivi, en concertation avec le canton. Ce groupe de suivi composé d’interlocuteurs très variés avait pour mission de passer au crible de manière critique l’évaluation des sites réalisée par BLS, et éventuellement de formuler de nouvelles propositions.

      Après plus d’un an de travail, il a remis à BLS son évaluation des sites le 20 septembre 2016. Le conseil d’administration de BLS SA devrait décider fin 2016 du site qui sera retenu pour la construction des nouveaux ateliers.

      réunir
      Médiathèque
      Werkstatt  Mitarbeiter in Bönigen
      Recherchez dans notre base de données médias
      réunir
      Ateliers modernes pour les trains S-Bahn de l’avenir
      Bernard-Guillelmon
      Entretien avec Bernard Guillelmon, CEO - BLS SA
      réunir
      Newsletter