Gros plan

«Aujourd’hui, nous sommes plus proches des clients»

Sous le label «Les Alpinistes», BLS Cargo AG est en train d’écrire une success story. Les raisons à cela sont nombreuses, mais il s’agit notamment de son orientation européenne et de son partenariat avec la SNCF. Tout cela ne serait bien évidemment pas possible sans la passion et le fort engagement de ses collaborateurs.

Maurizio Racco fait un métier solitaire, mais il n’en changerait pourtant pour rien au monde. Ce soir-là, il travaille de 21 h 00 à 6 h 00 le lendemain matin, au terminal Güterbahnhof (gare de marchandises) Domo 2, près de Domodossola (I). Au cours de cette nuit, il doit passer en revue et contrôler douze trains de marchandises, chacun faisant près de 600 mètres de long et pesant jusqu’à 1700 tonnes: le chargement est-il correctement arrimé? La hauteur et la largeur maximales sont-elles respectées afin qu’il n’y ait aucun problème pour franchir les tunnels? Les freins fonctionnent-ils et sont-ils tous desserrés? Avec sa tige métallique, il tape sur chaque roue et reconnaît au bruit s’il y a des fissures dans le métal. Non, explique Maurizio Rocco, la solitude ne le gêne pas du tout, bien au contraire: «Je profite du calme dehors et je sais exactement ce que j’ai à faire. Cela me convient parfaitement.» Il a appris le métier sur le tas et s’est forgé des connaissances approfondies de l’activité ferroviaire en débutant comme mécanicien sur locomotive de manœuvre. Depuis 2006, il fait partie des «Verificatori» de BLS Cargo Italie qui contrôlent en extérieur les trains de marchandises sur les voies avant leur départ.

Rubans adhésifs et diffuseurs de parfum d’ambiance

Margherita de Palma est installée dans son bureau, elle aussi a connu les débuts de BLS Cargo Italie il y a douze ans. Sa mission: en tant que «Formatori», elle répertorie entre autres le chargement des trains de marchandises et transmet les documents de fret correspondants aux douanes. C’est par exemple le cas pour le train numéro 43708 du trafic combiné de Domodossola à Karlsruhe. C’est l’entreprise de logistique DB Schenker qui l’a réservé. Au cours de la journée, des poids lourds ont acheminé les conteneurs vers «Domo 2» où ils ont été chargés sur le train par un camion-grue qui peut soulever jusqu’à 30 tonnes. Ces derniers contiennent notamment des rubans adhésifs, du riz, des diffuseurs de parfum d’ambiance et des barils vides. Margherita de Palma aime son travail chez la filiale de BLS Cargo AG, notamment parce que «tout est si bien organisé dans les entreprises suisses», comme le fait remarquer l’Italienne avec un sourire.

À 23 h 22, le signal passe au vert, le «train Schenker» démarre: il passera par Simplon, le Lötschberg, Spiez, Basel Badischer Bahnhof pour atteindre Karlsruhe. BLS Cargo est le principal transporteur de ce train, elle assume ainsi le rôle de partie contractante principale de la gare de départ à la gare d’arrivée. «Tout au long du transport, nous sommes le seul interlocuteur du client», indique Samuel Etter, responsable Surface chez BLS Cargo AG. Ainsi, il est le directeur de BLS Cargo Deutschland et Italie et d’un service d’intervention mobile qui intervient en cas de problèmes techniques avec les trains de marchandises BLS sur les chemins de fer suisses. Au cours des dernières années, BLS Cargo n’aurait cessé d’accroître sa proportion de clients directs. Avec un volume de seulement 17 % en 2013, BLS Cargo serait aujourd’hui responsable de plus de la moitié des trains circulant sur les voies de transport internationales. «Ainsi, nous sommes plus proches des clients», constate Samuel Etter.

0 de 0 Fichiers de médias

    2017: chiffre d’affaires record

    De Kaldenkirchen (D) à Domodossola (I), de Rotterdam (NL) à Novara (I), ou d’Anvers (B) à Busto (I): les compositions de BLS Cargo relient entre elles les plus importantes plateformes de fret de toute l’Europe. L’offre principale de l’entreprise s’articule autour de trains complets sous forme de trafic combiné non accompagné, du transport par wagons complets et de l’autoroute roulante en transit à travers la Suisse. De plus, les « Alpinistes » conduisent des trains complets dédiés à la Suisse, mais aussi à l’import/export. BLS Cargo est en train d’écrire une success story. On peut employer de tels termes car elle compte parmi les rares entreprises de transport ferroviaire d’Europe dont les chiffres ne sont pas dans le rouge. Les 17 529 parcours ferroviaires réalisés en 2017 ont généré un chiffre d’affaires record de plus de 200 millions de francs. Cela lui a permis d’enregistrer un bénéfice annuel de près de 3,5 millions de francs, soit 1,5 million de plus que l’année précédente, et ce malgré les turbulences rencontrées au cours de l’exercice.

    Nous en reparlerons ultérieurement. Tout d’abord, il s’agit d’évoquer les raisons d’un tel succès. Pour l’une d’entre elles, il s’agit, comme nous l’avons évoqué, de l’accroissement de la proportion de clients directs au cours des années précédentes. Autrefois, BLS Cargo était mandaté par une autre compagnie ferroviaire pour assurer le transport de fret à l’intérieur de la Suisse d’une frontière à l’autre. Cela a peu à peu changé après le retrait, fin 2014, de l’actionnaire DB Schenker Rail qui a occasionné la perte de nombreuses commandes. Depuis lors, BLS Cargo s’est établi comme entreprise de transport exclusivement responsable.

    Le joyau de Siemens

    Mais cette progression nécessite de relever des défis toujours plus nombreux: «Par exemple, si la locomotive de manœuvre nous lâche au terminal en Hollande, nous devons informer le client du retard, planifier à nouveau le train et contacter nos partenaires ferroviaires à l’étranger pour remplacer la locomotive défectueuse», explique le conseiller à la clientèle Luciano Moscatello (voir interview). Certes, le nombre de trains est aujourd’hui réduit, mais la création de valeur augmente pour BLS: et cela est notamment dû au fait qu’elle soit de plus en plus souvent en mesure de recourir à ses propres locomotives au-delà des frontières.

    Au total, BLS Cargo dispose de plus de 55 locomotives polycourant. Ces dernières sont équipées des dispositifs de traction te d’arrêt automatique nécessaires pour circuler au-delà des frontières nationales. Le dernier joyau de cette flotte est le modèle Re 475 dont BLS Cargo a commandé 15 exemplaires auprès de Siemens à Munich. Ces locomotives sont toutes en circulation depuis début 2018 et elles ont une particularité: elles permettent de sillonner la totalité du corridor nord-sud, des Pays-Bas à l’Italie.

    Cette success story est aussi due au fait que BLS a à nouveau trouvé un solide partenaire international pour sa filiale: en 2017, SNCF Logistics, le logisticien ferroviaire français, a acquis 45% des actions de BLS Cargo. C’est un partenariat profitable aux deux parties: grâce à son nouvel actionnaire, BLS Cargo obtient un accès au vaste réseau de partenaires du Groupe SNCF en Europe. Ce dernier est particulièrement bien implanté en Italie et en Allemagne avec ses filiales Captrain: Captrain Deutschland et Captrain Italia font partie des acteurs les plus importants des deux pays, juste derrière les opérateurs nationaux de chaque pays. SNCF Logistics trouve aussi son compte car le partenariat avec BLS Cargo lui permet de combler une faille stratégique. En effet, en Suisse comme dans le trafic combiné sur l’axe nord-sud, l’activité de SNCF Logistics était jusqu’à présent relativement faible.

    Solide pendant la crise

    La collaboration a débuté de manière très prometteuse. À l’automne 2017, BLS Cargo a fait face à une tâche herculéenne: le blocage pendant des mois de l’axe nord-sud en raison d’un affaissement de voies à Rastatt (D), sur le tronçon de la vallée du Rhin. Les responsables de BLS Cargo ont alors rapidement eu l’idée de dévier les trains via l’Allemagne et la France. La SNCF a apporté son aide avec des locomotives et des mécaniciens français, et les partenaires ferroviaires allemands ont également improvisé. Au bout de quelques jours, la moitié des trains de marchandises annulés de BLS Cargo a pu reprendre la route… jusqu’à un certain point, car les autres entreprises ferroviaires touchées par le blocage ne s’en sortaient toujours pas.

    «Rastatt a vraiment représenté un énorme défi pour nous. Ce genre de situation ne peut plus jamais se produire», déclare la responsable de la communication Stefanie Burri. C’est pour cela que BLS Cargo s’efforce notamment de proposer des alternatives sur les principaux axes de transit de marchandises. C’est le cas en Suisse : avec les deux tunnels du Lötschberg et du Gothard, elle dispose de deux axes dédiés au transport de marchandises en transit. Et ce même si le tunnel de base du Lötschberg ne peut être exploité au maximum de ses performances sans autres aménagements, comme l’indique S. Burri : «L’aménagement complet du tunnel de base du Lötschberg est ainsi essentiel.»

    Pour gérer la situation exceptionnelle rencontrée à l’automne précédent, l’entreprise a pu compter sur ses partenaires fiables, mais elle a également profité d’autres avantages, complète S. Burri: «Nous avons de bonnes structures organisationnelles, des hiérarchies plates, des voies décisionnelles courtes et des collaborateurs mobiles qui sont prêts à intervenir sur des missions exceptionnelles dans de telles situations.»

    «À l’heure à Karlsruhe»

    L’engagement a été apprécié et a porté ses fruits: depuis, BLS Cargo a pu gagner de nombreux nouveaux clients. Évidemment, il y a quand même eu un petit bémol: «Sans ce blocage, le bénéfice annuel de 2017 aurait été supérieur de deux millions de francs», indique Stefanie Burri.

    Mais en définitive, les clients restent quand même satisfaits. Comme c’est le cas avec le train Schenker numéro 43708 de Domodossola à Karlsruhe. Il est parti avec deux heures de retard de Domo 2, mais parce que le client avait livré trop tard les marchandises. Il a réussi à rattraper une heure sur le trajet et est arrivé à Karlsruhe à 6 h 51. «Ce n’est pas très grave», explique Samuel Etter. «Dans le domaine du fret, une livraison avec une heure de retard est encore considérée comme ponctuelle.»

    Texte: Peter Bader
    Photos: Manu Friederich, BLS

    0 de 0 Fichiers de médias
      En savoir plus
      Gros plan – Interview
      «Les collaborateurs sont nombreux à faire des efforts»

      Interview avec Luciano Moscatello, «Key Account Manager» BLS Cargo

      Plus
      BLS Cargo
      BLS Cargo Alpinist
      «Les alpinistes»
      www
      D'autres articles «gazette»
      Débarquer à...
      Aussteigen Schwarzwasser Titel
      Schwarzwasserbrücke – Ricochets, baignades et grillades
      Plus
      Par la fenêtre
      Fensterblick Giessbach See
      Une cascade comme source d’inspiration

      Lorsque le bateau en service régulier du BLS part de Brienz en direction de «Giessbach See», la vue s’ouvre sur un authentique miracle de la nature: les chutes du Giessbach font le bonheur des touristes et inspirent autant les écrivains que les compositeurs.

      Plus
      Voyager
      Maligna Lake
      «Best of» du Canada

      Entre métropoles, plages et montagnes : le voyage de trois semaines organisé par BLS à travers le Canada propose un véritable «best of» de ce pays sauvage. Pour la guide Léonie Brunschwyler, ce voyage lui permettra de revenir sur des terres connues.

      Plus
      Inside
      Inside Kambly Zug Rosa Angeli 2
      La bonne fée du train Kambly
      Plus
      Colonne – Bänz Friedli
      Kolumne Baenz Friedli
      Le soleil, n’importe quand
      Plus
      Inside
      Une nouvelle vie pour l’ancienne gare

      Comme la petite gare Steinhof de Berthoud déménage, le périmètre n’est plus nécessaire à l’exploitation ferroviaire. BLS souhaite exploiter le potentiel de développement et prévoit de construire un lotissement moderne en collaboration avec des partenaires.

      Plus
      Newsletter