Débarquer à ...

Neuchâtel – Un voyage dans le temps à la Belle Époque

Neuchâtel est un ravissement. À flanc de coteau, la ville séduit par ses ruelles tortueuses, ses promenades au bord du lac et ses imposantes bâtisses de la Belle Époque. Et c’est précisément là que nous voulons retourner, au temps des fêtes fastueuses, du quotidien chatoyant et de la joie de vivre. Joignez-vous à nous pour une visite de la ville ainsi qu’un grand moment culinaire et passionnez-vous pour la culture. C’est parti!

8h08 – Neuchâtel, nous voici!

Départ en RegioExpress, peu après huit heures. Passage à proximité de Chiètres et d’Anet pour arriver dans la ville au plus grand lac entièrement situé sur le sol suisse. De la gare de Neuchâtel, nous nous rendons à l’office du tourisme, où nous nous inscrivons à la visite autoguidée «Neuchâtel à la Belle Époque». Sans accompagnateur, mais avec un plan du trajet et une brochure informative.

9h15 – baigneuse, art de rue et chocolat

La visite de la ville, facile à effectuer à pied, comporte 22 postes interactifs, enchaînant dégustations, jeux et découvertes. En chemin, nous en apprenons davantage sur les repas, les divertissements et les tenues de Madame et Monsieur. Les femmes portaient par exemple des robes longues à la taille marquée, un manteau à empiècements de fourrure, des gants et un chapeau richement orné. Arrivés au centre de Neuchâtel, nous faisons un petit crochet par la rue des Chavannes. Tous les deux ans, des artistes confirmés repeignent cette rue aux nombreuses marches et lui donnent son charme hors du commun. Non loin de là, nous découvrons un mur tapissé d’affiches publicitaires du pionnier du chocolat Suchard. Chez le chocolatier et confiseur Wodey Suchard, nous profitons d’ailleurs d’une petite dégustation sous la forme de quatre minitablettes aux saveurs différentes. Il n’y a vraiment pas à dire: le chocolat, c’est le bonheur!

10h45 – bonjour Madame!

Nous nous dirigeons ensuite vers le lac. Nous nous accordons un café revigorant dans le superbe restaurant Art Nouveau Le Cardinal, avant de nous risquer au poste suivant: la dégustation de la sulfureuse absinthe. Mais avant d’en prendre un petit verre, nous devons trouver la bouteille. Le descriptif de la brochure nous met sur la voie et nous ne tardons pas à découvrir une petite boîte au niveau de la fontaine devant le Cardinal. La clé à puce fournie dans le cadre de la visite nous permet de l’ouvrir et de goûter la fée verte. Un sirop d’absinthe sans alcool est prévu pour les moins audacieux. La découverte suivante nous attend dès le coin de la rue, sur la place Pury: l’adorable pavillon typique, vestige de la Belle Époque, abrite une salle dont l’intérieur rappelle un tramway des temps jadis. Nous y prenons place et observons par les vitres la reproduction de l’activité dans les rues du Neuchâtel d’autrefois: une animation impressionnante nous ramène plus d’un siècle en arrière.

Pour conclure le tour, nous flânons sur le quai Ostervald. À la Belle Époque, cette promenade sur la rive était l’occasion d’exhiber ses robes et tenues extravagantes. Nos parka et veste de printemps ne se prêtent guère à un défilé de mode, mais nous n’en savourons pas moins la vue sur le lac. Après un détour par la passerelle de l’Utopie qui s’avance d’une vingtaine de mètres dans le lac, nous rejoignons deux silhouettes métalliques. La femme au sourire subtil et à la robe élégante est tournée vers l’homme qui la salue de son chapeau. Se connaissent-ils? Ont-ils rendez-vous? Ou s’agit-il d’une rencontre de hasard? Qui sait? Les deux personnages, en tout cas, ne souhaitent pas lever le mystère. Nous nous en accommodons et, cédant à l’appel de la faim, mettons un terme à la visite.

0 de 0 Fichiers de médias

    12h15 – repas royal

    Notre escapade dans cet autrefois glamour nous a donné des ailes et nous nous offrons un repas au très sélect restaurant 5 étoiles de l’hôtel Palafitte. La carte réduite mais raffinée propose des plats à base d’ingrédients régionaux de saison, avec toujours un petit quelque chose en plus. Laura opte pour le tajine de filet d’agneau au citron confit et à la courge, tandis que Christoph se régale d’une sole meunière et son sabayon au champagne. Les deux menus convainquent pleinement. Et en cas de légère somnolence après ces agapes princières, l’hôtel est là: chacune des 38 chambres est une construction sur pilotis de 58 mètres carrés donnant sur le lac et équipée d’une échelle qui invite à la baignade. Nous privilégions un café sur la terrasse et savourons pour la seconde fois de la journée la vue sur le lac de Neuchâtel.

    0 de 0 Fichiers de médias

      13h45– tout là-haut

      Un sommet local est idéal pour embrasser la ville du regard. C’est pourquoi, après le repas de midi, nous rejoignons le funiculaire qui nous emmène à Chaumont. Là, nous découvrons émerveillés que la vue porte bien plus loin que nous ne le pensions: les lacs de Neuchâtel, de Bienne et de Morat s’étendent à nos pieds. Pour un franc de plus, on peut, si l’on n’a pas le vertige, monter dans la tour panoramique de 60 mètres de haut et profiter de la vue à 1087 mètres d’altitude. Une heure plus tard environ, nous en avons assez vu et reprenons le chemin du centre-ville. Depuis la place Pury, nous nous promenons jusqu’au musée ethnographique MEN.

      15h30 – l’être humain, créature merveilleuse

      L’ethnographie est la branche de l’ethnologie qui s’intéresse systématiquement aux spécificités des différentes cultures. Une perspective fascinante ; nous voulons en apprendre davantage sur l’être humain et ses curiosités. La collection complète du musée comprend 50’000 pièces, dont un millier environ est exposé. Nous évoluons entre les trésors d’Afrique, de l’ex-URSS, d’Égypte antique, d’Océanie et d’Europe. Si certains d’entre eux évoquent un passé depuis longtemps révolu, l’exposition comprend aussi des œuvres d’art modernes. Nous sommes ébahis par la collection originale de photos de coiffures africaines, de même que par les parures multicolores en plumes de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Plusieurs cadeaux diplomatiques des quatre coins du monde parachèvent l’exposition. Nous avons suffisamment vu, entendu, testé et découvert pour une seule journée. Nous revenons vers la gare plongés dans nos pensées. Nous montons dans le train la tête pleine d’images nouvelles et passons la journée en revue. En nous réjouissant par avance de notre prochaine visite de la ville fascinante de Neuchâtel.

       

      Texte: Laura Marti
      Photos: Rolf Siegenthaler

      0 de 0 Fichiers de médias

        La Belle Époque ou l’apologie de la richesse et de la beauté

        Neuchâtel est particulièrement célèbre en tant que lieu d’excursion et de villégiature populaire à la Belle Époque, c.-à-d. à la fin du XIXe et au début du XXe siècles. Ces années sont marquées par un essor économique, des fêtes éblouissantes et une grande confiance en l’avenir. La sécurité matérielle et la longue période de paix permettent d’afficher une certaine insouciance. Les hauts lieux de la Belle Époque sont notamment des boulevards, cafés, cabarets, ateliers et galeries animés, ainsi que des salles de concert et des salons où afflue la moyenne et haute bourgeoisie. Ils bénéficient de la croissance économique et des énormes avancées techniques. L’éclairage électrique se répand par exemple dans les rues, et bientôt au domicile des particuliers. La haute société jouit en outre déjà de l’eau courante. Mais cette insouciance ne s’étend pas à toutes les casses sociales. Après une journée de travail harassante, les ouvriers et petits employés retrouvent toujours leurs quartiers aux arrière-cours chichement éclairées. Pour eux, les commodités telles qu’une automobile ou des vacances sont des rêves hors de portée.

        0 de 0 Fichiers de médias

          Visite guidée «Neuchâtel à la Belle Époque»

          L’office de tourisme propose des visites guidées par groupes de 20 personnes maximum. Également interactives, elles sont ponctuées de dix expériences sur le thème de la Belle Époque. Les informations historiques des guides et les parenthèses culinaires les complètent en beauté.

          • Visites guidées (sur demande) possibles toute l’année
          • Max. 20 personnes par visite
          • Prix: CHF 185.– par guide
          • Langues: français, allemand, anglais, italien

          Colline de Chaumont

          La colline de Chaumont n’offre pas simplement une vue splendide: outre une aire de jeux pour les enfants, elle accueille un ranch avec chevaux et poneys pour des balades équestres ou en calèche, un parc aventure et un sentier agrémenté de 17 sculptures sur l’évolution de la Terre.
          En savoir plus
          Culture & connaissance
          Coiffe simple avec des plumes. Les plumes proviennent de nombreux oiseaux différents et ont donc des couleurs et des formes très variées.
          Musée d’ethnographie Neuchâtel
          visiter
          Nature et randonnée
          Cette sculpture en bois montre un singe debout et tenant un bâton de marche dans sa main gauche.
          Sentier du Temps - Chaumont
          découvrir
          Tipp
          Region Neuchâtel à la Belle Époque
          Ausflüge in und um Neuenburg
          Entdecken
          D'autres articles «gazette»
          Gros plan
          Bluemlisalp
          Repos hivernal pour le «Blümlisalp»

          BLS a profité de l’hiver pour préparer le «Blümlisalp» à la nouvelle saison: les sols ont été poncés, les algues de la coque éliminées, l’un des deux moteurs diesel a été remplacé et doté d’un filtre à particules.

          Lire
          Par la fenêtre
          Les bosses de Huttwil
          Découvrir
          Voyager
          Reisen
          L’odyssée d’un cheminot

          Depuis l’automne dernier, Ernst Zimmermann a une nouvelle corde à son arc: outre le Centre de voyages de Berne Weissenbühl, il dirige l’agence postale intégrée. Il n’a d’ailleurs cessé de se réinventer ces 45 dernières années. Rétrospective.

          Plus
          Inside
          Les bus hybrides arrivent

          BLS achète sept bus à moteur hybride diesel/électrique. C’est un premier pas vers une flotte de bus électriques.

          Découvrir
          Escapade
          Unterwegs mit Bänz Friedli
          Bänz Friedli
          Video
          Recommandation
          Une déclaration d’amour à la nature

          Roland Zoss, le créateur de la souris Jimmy Flitz et de l’alphabet Dino Xenegugeli, chante les arbres de l’acacia au tilleul.

          Lire
          Magazine client
          Abonnez la «gazette»

          Nous livrons votre lecture directement chez vous.

          Abonner
          Magazine client
          Archive du magazine client

          Ici vous pouvez trouver tous les numéros de la «gazette»

          Plus
          Newsletter